Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

université de ouagadougou

  • L'université de Ouagadougou dans une mauvaise passe

    U 1.jpgDepuis la refondation au forceps de l’Université de Ouagadougou, notre «Temple du savoir» de Zogona ne connaît pratiquement plus d’année académique normale. Malgré la création de nouveaux campus à Bobo-Dioulasso et à Koudougou, la surcharge des amphis crève l’œil. Le Siao a même été transformé en vitrine du déficit d’infrastructures. Les années passent, les crises et convulsions se succèdent et les étudiants ne savent plus à quel saint se vouer pour sortir de l’impasse. Pour une fois, ce ne sont pas ces derniers qui refusent d’aller dans les amphis, mais des enseignants qui crient galère.

    Cela fait plusieurs semaines que le gouvernement clame avoir ouvert des négociations avec le Syndicat national des enseignants chercheurs (Synadec). Mais loin de parvenir à un consensus véritable, les deux parties semblent plutôt jouer au ping-pong. La pomme de discorde reste la «revalorisation du statut de l’enseignant-chercheur». Chacun lit cette revendication sous le prisme de ses lunettes et surtout selon ses intérêts du moment.

    Pour l’exécutif, il s’agit ni plus ni moins d’une demande d’augmentation de salaire déguisée qui, si elle était accordée sans ménagement de la susceptibilité des autres formations syndicales, ouvrirait une boîte de Pandore, celle des plates-formes de différents corps de métiers qui subissent au même degré les affres de la «vie chère». Est-ce pour cela que les ministres en charge du dossier ont choisi la logique du dilatoire et du pourrissement de la situation?

    Après les premières tractations qui ont abouti à l’apurement d’une dette sociale estimée à plus d’un milliard de francs CFA due aux enseignants, il n’y a plus eu d’avancées significatives dans le processus de sortie de crise des universités. En effet, si le déblocage de cette somme a permis de désamorcer la première grève annoncée par le Synadec en janvier, les différentes négociations entreprises par la suite n’ont pas encore permis de mettre fin à la «grève indéterminée» dont le mot d’ordre court toujours.

    Pendant ce temps, des semaines se sont écoulées, les étudiants scrutent en vain l’horizon pour voir revenir leurs profs. Jusqu’à quand devront-ils encore patienter? Le hic c’est que l’année académique n’attend pas. On ne peut pas prolonger indéfiniment une année universitaire qui était déjà amputée d’un trimestre entier pour fait de grève l’année dernière. En plus, l’Université de Ouagadougou est tellement débordée, voire désaxée, que tout retard dans l’exécution des cours normaux devient un nouveau boulet au pied du ministère de l’Enseignement supérieur.

    U 2.jpgChacune des deux parties en conflit social était supposée être consciente de cet enjeu capital qui est d’éviter de nouvelles difficultés à un enseignement supérieur déjà agonisant au Faso. Hélas. Comme d’habitude, c’est la guerre des ego. Personne n’est assez humble pour consentir à sauver l’essentiel. Et les mêmes causes, pour ne pas dire les mêmes conneries, produisent les mêmes effets. On fait beaucoup de bruit dans la presse au lieu de régler les vrais problèmes.

    Le 3 juin dernier, 4 ministres du gouvernement ameutaient les journalistes et tenaient une conférence de presse de plus de deux heures d’horloge pour étaler «les efforts du gouvernement» sur la place publique. Mais en fait de conférence de presse, il s’agissait pour le gouvernement de prendre l’opinion à témoin de ce qu’il considère comme tout ce qu’il a pu faire pour ramener les enseignants grévistes à la raison. Pour cela, il a usé (et même abusé) de la déférence de la TéNéBreuse pour faire diffuser l’intégralité des déclarations des membres du gouvernement en une édition spécialement dédiée au bras de fer qui les oppose au bureau du Synadec. Là où le bât blesse, c’est que ce point de presse s’est fait sans même attendre la répondre de ce syndicat aux nouvelles propositions faites par l’exécutif.

    Dans ce pays où la «parole est désormais libérée» - pour citer une phrase chère au Blaiso national -, la réponse du berger à la bergère ne s’est pas fait attendre. Le 8 juin, le Synadec organise à son tour une conférence de presse pour, dit-il, «rétablir la vérité et apporter l’information juste au public». Soit. La seule déclaration liminaire a duré près d’une heure d’horloge. Tout était organisé pour répondre point par point aux «accusations» et autres «mensonges du gouvernement». Mais en fin de compte, il n’y a eu point de bonne nouvelle sur une éventuelle normalisation des cours à l’Université, donc de retour des enseignants à leurs postes. Il n’y avait rien que des accusations et des contre-accusations. Les étudiants de l’Université de Ouagadougou, qui ont assisté nombreux et par curiosité à cette conférence, sont repartis plus que jamais pessimistes sur l’issue de l’année académique.

    Cette année, ils auront moins de chance que les cadets des classes de Terminale qui, eux, pourront passer tranquillement leur baccalauréat le 20 juin prochain. Même les enseignants du Synadec étaient disposés à prendre part à l’organisation de ce diplôme, mais le ministère des Enseignements secondaire, supérieur et de la Recherche scientifique a choisi de les écarter. «Le gouvernement a annulé la convocation des enseignants grévistes», a laissé entendre le secrétaire général du Synadec. Pour lui et ses camarades, il s’agit là d’un autre signe évident de manque de confiance. Comme si cela ne suffisait pas, ils se sont également dit choqués et frustrés par le fait que depuis le déclenchement de la grève, l’administration universitaire leur refuse toute délivrance d’ordre de mission pour se rendre à l’étranger ou à l’intérieur du pays. Pour cela, ils entendent «saisir le ministère des droits humains pour violation de leur droit d’aller et de venir». Comme on peut le voir, on n’est nullement sorti de l’auberge. Le bras de fer risque de se poursuivre plus longtemps qu’on ne l’imagine. A moins que le président du Faso himself, «grand facilitateur de dialogue direct», ne décide d’entrer dans la danse pour mettre un holà au ping-pong entre le gouvernement et le Synadec.

    En attendant peut-être, ce sont les étudiants qui paient les pots cassés. Et certaines langues fourchues estiment que c’est parce que les ministres et autres môgô puissants ont planqué leurs fistons dans les universités du Nord qu’ils peuvent se permettre ainsi de laisser perdurer cette situation. En tout cas, quoi qu’il en soit, il faudra bien que quelqu’un paie cette dette académique-là. Tôt ou tard.