Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

ex-rebellion

  • Le commandant Koné Zacharia était donc au Mali

    c6b22253713f519486d157eb19b86cdb.jpgAvant de trouver refuge à Ouaga, Zacharia Koné - le désormais ex-Commandant de Zone (Com’Zone) de Séguéla - aurait d’abord transité par Bamako, au Mali. Après l’avoir repéré sur les bords du Djoliba, le président ivoirien, Laurent Koudou Gbagbo, aurait soufflé à son homologue malien de le faire arrêter. Un des hommes du Com’Zone lui a mis la puce à l’oreille et c’est ainsi qu’il s’est retrouvé sur le territoire burkinabè. Là, également, sa cabale a été de courte durée, puisqu’il a été vite «capturé» par les services secrets burkinabè. Blaise Compaoré, parrain attitré du processus de paix engagé par les protagonistes ivoiriens, n’a aucun intérêt à voir Zacharia gambader dans son pays. En revanche, s’il ne peut pas le cacher ou l’abriter clandestinement, il ne peut pas non plus le livrer aux autorités ivoiriennes qui lui ont jeté l’anathème le 16 mai dernier, l’accusant de «grande indiscipline» et de «sabotage» pour avoir boycotté la cérémonie de désarmements de ses hommes et d’avoir donc défié le Premier ministre qui présidait en personne cet événement majeur pour le retour définitif à la paix.

    Le Facilitateur Blaise a réussi à désamorcer les grands énervements qui commençaient à gronder autour de cet incident. Pour l’heure, Zacharia Koné bénéficierait d’une hospitalité sous condition et sous bonne surveillance à Ouaga. Sa situation doit être bien meilleure que celle des Touareg maliens. Personne ne souhaite le voir retourner dans la nature, encore moins aller vadrouiller en terre d’Éburnie.