Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

coups d'etat

  • Yes ! La démocratie est possible

    Les coups d’Etat sanglants ou déguisés et les hold-up électoraux ne sont pas une fatalité sur le continent noir. La démocratie par les urnes est possible en Afrique. Le Sénégal vient de nous en donner une brillante preuve à travers l’organisation d’élections locales qui viennent de se dérouler dans ce pays. C’est vrai qu’on est encore à l’étape des résultats provisoires, mais le fair-play des acteurs en lice, surtout du camp du parti au pouvoir, montre bien qu’il y a bel et bien des politiques africains qui savent perdre des élections. La déclaration du porte-parole de la présidence sénégalaise reconnaissant la défaite du parti démocratique sénégalais (PDS) dans la capitale –pour ne parler que de cette ville- est assez éloquente.

    E.jpgC’est vrai que cela n’arrive pas souvent, même au Sénégal où, il y a quelques années les opposants ont crié au verrouillage du système politique par le président Abdoulaye Wade. Mais avec les victoires importantes que l’opposition vient d’engranger à Dakar la capitale -où le propre fils du président était candidat- est le signe d’un espoir démocratique certain dans ce pays. C’est surtout un témoignage convaincant pour ces afro pessimistes qui croient trop facilement que ce continent ne connaît que la voie des coups d’Etat, de la monarchie constitutionnelle et des dictatures sans fin.

    Au moment où l’Afrique ressent durement encore les coups de canifs portés aux lois fondamentales et à l’appareil étatique à Madagascar, en Mauritanie, en Guinée-Bissau et en Guinée Conakry, l’exemple sénégalais vient retentir comme une aurore qui rappelle que «Quelle que soit la profondeur de la nuit, le jour finit toujours par arriver». Merci aux sénégalais qui nous rappellent que pour la démocratie, nous devons tous répondre en chœur : Yes, we can !