Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

burkinabè de côte d'ivoire

  • Qui veut noyer les Burkinabè de Côte d'Ivoire?

    E 2.jpgSelon des sources concordantes, le sieur Emile Kima, qui se fait passer pour «le représentant des Burkinabè de Côte d’Ivoire» a engagé une collecte de fonds visant à apporter un soutien à l’organisation des élections dans ce pays. Baptisée péremptoirement, «Nous voulons la paix, aidons la Côte d’Ivoire», cette opération volontariste viserait à amener chaque de la communauté burkinabè à contribuer à hauteur de 1000 F Cfa en vue de renflouer la caisse de la Commission électorale d’environ 3,5 milliards de F Cfa. Le nombre de Burkinabè vivant en Eburnie étant estimé à quelques 3,5 millions de personnes.
    Dans l’absolu, l’initiative est noble. Mais le hic dans cet activisme c’est qu’il intervient à un moment où les autorités ivoiriennes, notamment le président Laurent Koudou Gbagbo a dû mal à situer la communauté internationale sur une date précise à laquelle ces élections devront avoir lieu cette année. A priori, ce n’est pas un problème d’argent qui bloque l’organisation des élections et donc laE.jpg sortie de crise en Côte d’Ivoire. D’où la curiosité que peut susciter une opération de collecte qui risque de mettre mal à l’aise des Burkinabè dont la plupart, ont choisi, jusque-là de bien se tenir à l’écart de ce délicat processus de sortie de crise.
    Que chercherait donc Emile Kima, qui n’est pas officiellement le président de la communauté burkinabè en Côte d’Ivoire à se lancer dans une telle opération apparemment inopportune ? Pourquoi vouloir aider, financièrement s’entend, une Côte d’Ivoire qui n’en a visiblement pas fait la demande ? Du moins pas officiellement. En attendant d’être mieux située sur cette initiative, force est constater que ses motivations gagneraient à être plus clarifiées, pour éviter des quiproquos préjudiciables justement à cette communauté que l’on veut présenter comme «le bon Samaritain».