Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

blaise compaoré

  • Pauvre Dadis, il est sorti par le petite porte!

    D 1.jpgAlors que le monde médiatique était privé du Dadis-show depuis plus d’un mois, voilà que le « miraculé de Conakry » est apparu dans la soirée du mardi 12 janvier à Ouagadougou. On imagine que nos confrères des grandes chaînes de radios et de télévisions occidentales avaient dû faire des pieds et des mains pour obtenir des informations sur la santé du Capitaine admis dans une clinique de Rabat au Maroc. Malgré son long séjour hospitalier, rien n’avait filtré de ce qu’il avait pu recevoir comme soins, des personnes qui étaient à son chevet.

    On imagine que le cordon sécuritaire était infranchissable. Le secret a été bien gardé. Ça a été difficile pour les paparazzis et autres chasseurs de scoops des médias marocains et d’ailleurs. Les portes étaient apparemment fermées pour tout le monde, aux médias locaux comme aux puissants groupes qui ont généralement des micros même dans les murs et derrière les portes les plus capitonnées. Mais entre Rabat et Ouaga, les consignes de secret (ou de sécurité, c’est selon) n’ont visiblement pas été les mêmes. Si le capitaine convalescent a été débarqué quasi clandestinement à la Base aérienne 511 de Ouagadougou, sans tapis rouge, son arrivée n’est pas passée inaperçue. Y aurait-il eu fuite ? Mystère et boule de gonré.

    D2.gifEn revanche, le reportage diffusé dès le 13 janvier sur la très introduite Radio France internationale semble avoir surpris les autorités burkinabè. Une certaine logique aurait voulu que la présence du miraculé guinéen soit d’abord rendu publique par des « voix plus autorisées » au niveau de la présidence du Faso ou encore du Service d’information du gouvernement (SIG). Mais hélas. Une fois encore, c’est sur une radio étrangère (même si elle émet en FM à Ouaga) que les Burkinabè vont apprendre la présence de cet hôte spécial qu’est le capitaine Moussa Dadis Camara, chef de la junte militaire au pouvoir en Guinée.

    Dans l’après-midi du mercredi 13 décembre, le Service d’information du gouvernement et le ministère des Affaires étrangères vont tenter de sauver la face. D’abord, par un laconique communiqué de presse qui indique que Dadis est à Ouaga « pour poursuivre sa convalescence... ». Une information largement en deçà du scoop de RFI qui a même l’avantage de révéler, en substance, que le capitaine Camara aurait été surpris d’atterrir à Ouaga. Dès lors, ils ameutent la presse nationale pour un soi-disant « point de presse sur l’actualité des dernières heures ». Mais ce ne fut qu’un rendez-vous manqué, pour ne pas dire un faux rendez-vous, comme on pouvait du reste s’en douter.

    C’est au ministère des Affaires étrangères que la plupart des confrères apprendront l’annulation du fameux point de presse pour la raison nonD3.gifmoins floue de « l’arrivée du général Sékouba Konaté, ministre de la Défense et président par intérim de la Guinée ». Comme si cette visite n’était pas prévisible. En fait, tous les arguments, même les plus farfelus, sont bons pour tourner les journalistes en rond et en ridicules. C’est malheureusement à ce jeu que le SIG et la direction de la communication et de la presse du ministère des Affaires étrangères ont été associés. Mais cela était encore loin d’être le scénario le plus cocasse.

    A en croire notre confrère « Le Pays » dans sa livraison du vendredi 15 janvier, « Les prises de vue étaient interdites à l’arrivée du président intérimaire guinéen, Sékouba Konaté ». On est où, là ? C’est à croire que la médiation dans la crise guinéenne est devenue brusquement officieuse. La presse était non grata. Et il y avait de quoi frustrer les confrères qui ont fait le déplacement de l’aéroport, juste dans le souci d’informer l’opinion nationale. Que voulait-on donc cacher et à qui ?

    D4.gifLa suite des événements a montré qu’un scénario de dévoilement était bel et bien prévu. En fait, on voulait que la presse nationale voie uniquement ce qu’on voulait qu’elle voie. Eh oui ! C’est malheureusement cela le triste sort des médias locaux, à chaque fois qu’il y a un événement stratégiquement important sous les tropiques. Les scoops sont réservés aux médias pompeusement qualifiés d’internationaux, alors que les autres doivent se contenter des mises en scène qu’on veut bien leur servir. Nos présidents, ministres et leurs conseillers ne sont-ils pas plus prompts à s’exhiber sur les chaînes étrangères qu’à communiquer à l’intérieur ?! Comment peut-on obtenir, dans ces conditions, des informations de première main, si personne ne veut les donner ? Ou encore si des forces de sécurité généralement trop zélées vous empêchent de faire votre travail ? Certes, le comité de gestion de la médiation n’avait pas intérêt à jeter Dadis en pâture à la presse. Surtout pas dans l’état dans lequel il était. Mais de là à faire un black-out sur son arrivée, il y avait un pas de trop. Cela n’a, du reste, servi à rien, puisque c’est seulement la presse locale qui n’était pas dans le coup. Certes, les vannes d’images ont été ouvertes par la suite sur la Télévision nationale du Burkina. On a même eu droit à la diffusion d’un reportage réalisé par les Forces armées guinéennes sur un entretien pathétique entre le capitaine Moussa Dadis Camara et le général Sékouba Konaté et auquel a assisté le chef d’état-major particulier de la présidence du Faso, le colonel-major Gilbert Diendéré.

    Tout cela montre bien qu’on avait besoin d’un show médiatique pour célébrer la conclusion de l’accord de Ouagadougou. Seulement, tout cela a donné l’impression d’un film trop beau pour convaincre. Finalement, le Dadis-show qui a été servi en fin de semaine dernière à Ouagadougou ressemble plutôt à un scénario bien monté. Ceci explique, peut-être, pourquoi on voulait tenir la horde des paparazzis le plus loin possible. En attendant de savoir qui va récolter les vrais dividendes de tout ça, il faut craindre que les agitations médiatiques qui ont suivi la signature de cet autre « accord de Ouagadougou » ne poussent pas à « vendre la peau de l’ours avant de l’avoir tué ». Comme l’illustrent bien la médiation togolaise et la facilitation ivoirienne.

  • Blaise Compaoré sera-t-il pris au jeu politique?

     

    P1.jpgAlors que des vents de contradictions, de confusions et d’exclusions soufflent sur le giga-parti au pouvoir, on aimerait bien savoir ce que le grand manitou pense de ça. Mais hélas ! L’enfant terrible de Ziniaré est réputé être un président qui n’aime pas dire ce qu’il pense. Contrairement au président français Nicolas Sarkozy dont la propension à se répandre dans la presse est devenue un casse-tête chinois pour le Conseil supérieur de l’audiovisuel, le Blaiso adore se murer dans son légendaire silence. Sauf qu’il ne peut pas dire qu’il n’est pas au courant des passes d’armes qui ont conduit à la suspension-exclusion de son ex-lieutenant Gorba du Bureau politique national du Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP).

    Du moins, même s’il dormait, comme d’habitude, pendant tout ce temps, les nombreux bruits qu’on continue de faire autour du 4e congrès de « son » parti ont dû le réveiller de son sommeil. N’est-il pas finalement le principal concerné par la question de « patrimonialisation » du pouvoir que tout le monde pense bas, mais que Salif Diallo a eu le culot de mettre en débat ? N’est-ce pas parce qu’il a osé étaler ce sujet dit « sensible » dans les colonnes de notre confrère L’Obs. qu’il est accusé aujourd’hui de crime de Blaise-majesté ?

    Le moins que l’on puisse dire, c’est que l’arbre du largage de Gorba du CDP ne doit pas cacher la forêt du séisme politique provoqué par ses doutes sur les fondements du régime et surtout sur l’avenir politique même du Blaiso national. Une seule interview a suffi pour ébranler un système qui paraissait si sûr de lui.

    Le remue-ménage que cela a suscité au sein de l’état-major du parti au pouvoir est la preuve d’une panique. Le show médiatique quasi instantané du Rocco a achevé de convaincre qu’il s’attendait à tout sauf à avaliser l’audace solitaire de son vice-président chargé de l’orientation et des questions politiques. En clair, l’heure n’était pas à une quelconque réforme des institutions, encore moins à une « conjecture sur le devenir du président ». De Salif ou de Roch, qui pouvait prétendre être dans les secrets de l’intention du Blaiso ? Telle est la vraie question. Maintenant que Salif a été proprement “largué” du CDP, on s’attend à ce que le Blaiso récompense Roczilla, Simon et compagnie pour avoir fait un bon boulot. Mais le hic dans ce jeu de qui-perd-gagne, c’est qu’il est bien difficile de faire la volonté d’un patron qui ne l’exprime pas clairement.

    Une chose est peut-être d’exclure un camarade qui a la langue trop pendue, mais une autre est de savoir exactement ce que le chef désire. Or, en la matière, les « propositions » incriminées de Salif Diallo ne sont-elles pas plus réalistes qu’un forcing pour une nouvelle révision de la Constitution, notamment en faisant sauter le verrou de la limitation du mandat du président à « un mandat renouvelable une seule fois » comme le stipule l’article 37 de la Loi fondamentale ? N’est-il pas plus élégant de modifier le statut du président pour en faire « une reine d’Angleterre » que de modifier des dispositions constitutionnelles qui ne manqueront pas de provoquer une levée de boucliers au plan international comme on le voit d’ailleurs contre le voisin Tandja qui se croit obligé de justifier l’injustifiable ?

    Comme on a pu le voir à l’issue du 4e congrès du CDP qui s’est achevé samedi dernier, il n’y a vraiment rien de nouveau sous le soleil du Faso. Pire, le Bureau exécutif national n’exclut pas la possibilité de voir modifiée la Constitution. Pour quoi faire ?

    On suppose que c’est pour ménager un boulevard au Blaiso qui devrait plutôt se marrer d’entendre le Rocco proclamer que « Même si cette question n’est pas, pour le moment, à l’ordre du jour, je pense qu’il n’y a pas une Constitution qui n’est pas susceptible de modification ». Soit. Mais lorsqu’il souligne, par la suite, que : « Le défi majeur qui s’impose à notre pays pour tirer profit de l’effort du développement continu imprimé par la mise en œuvre successive des programmes et projets de société engagés ces dernières décennies par le président Blaise Compaoré, reste la création, à l’horizon 2020, de conditions d’un Burkina émergent », cela suscite une question logique. Le « Burkina émergent » se fera-t-il avec ou sans Blaise Compaoré ?

    P2.jpgSi oui, force est de reconnaître qu’en 2020 nous serons largement au-delà du terme constitutionnel du Blaiso qui, s’il est encore élu en 2010, devrait absolument passer la main en 2015. A moins que le CDP ne prépare quelqu’un d’autre pour le remplacer, il va falloir donner un coup de canif à la Constitution pour voir l’enfant terrible de Ziniaré continuer à piloter le navire qui mènera au fameux « Burkina émergent ». Pour tout dire, toutes les propositions - qu’elles proviennent de Salif ou du Rocco - semblent converger vers un seul et même but. Alors, question. Lequel serait donc plus loyaliste que l’autre ?

    Au-delà de la guéguerre entre camarades « en perte de confiance avec le régime » ou « en perte de vitesse avec la volonté du patron du régime », Blaise Compaoré est le principal bénéficiaire de toutes les conjectures. Son silence cynique confirme bien qu’il s’est mis au-dessus de la mêlée afin d’en profiter en temps opportun. A lire entre les lignes du message qu’il était supposé adressé aux participants au congrès, il y a de quoi se demander à quoi riment les rajouts qui ont été faits manuellement sur le document portant la mention « Message de son excellence monsieur Blaise Compaoré, président du Faso ». A quelle fin le secrétaire général devenu 2e vice-président aurait-il choisi de tripatouiller la parole de son patron ? Mystère et boule de gomme. Mais comme vous pouvez le constater dans le fac-similé, ce tripatouillage de l’adresse du Blaiso est plus que suspect. A moins que cela ne présage d’un autre micmac.

     

  • Haïlé Gérima et Blaise Compaoré

    G.jpgVainqueur de l’Etalon de Yennenga, la plus prestigieuse récompense du Festival panafricain de cinéma et de télévision de Ouagadougou (Fespaco), Haïlé Gérima a brillé par son absence dans la capitale burkinabè. C’est sa sœur cadette et associée qui a reçu le trophée des mains du président Blaise Compaoré. Ironie du sort, le cinéaste éthiopien avait promis de ne pas mettre les pieds au Burkina tant que l’actuel chef de l’Etat sera au pouvoir. Grand admirateur de Thomas Sankara, il n’a pas supporté la liquidation de la révolution.

    Il a certainement tenu sa promesse en ne venant pas à Ouagadougou. Mais en acceptant de participer à la compétition officielle du Fespaco, il se met quelque peu dans une position ambiguë. Son œuvre n’est-elle pas finalement une partie de lui-même ? Il faut croire la participation de Gérima au Fespaco est un clin d’œil aux Burkinabè. N’est-ce pas également une manière de rendre hommage à son ami Sankara que de remporter l’Etalon de Yennenga ?

    2-sankara_1236630802.jpgIl est évident que sa joie serait plus grande si c’est des mains de Thomas Sankara qu’il reçoit l’Etalon. Mais il n’est pas réaliste de continuer à faire la fixation sur un passé révolu. Cela n’est que source de rancœur inutile. Le plus important n’est-elle pas que Haïlé Gérima et Blaise Compaoré fassent la paix des braves et se rencontrent pour voir ce qu’ils peuvent faire ensemble pour faire avancer l’Afrique. Ainsi, la consécration de Teza ne sera pas simplement celle d’un film, mais de la capacité de ce grand homme qu’est Gérima d’enterrer les querelles du passé pour tracer de nouveaux sillons pour l’avenir d’une Afrique qui nous est tous cher.