02/06/2010

Le CDP veut un mandat présidentiel illimité

 

A.jpgC’est désormais officiel. Le Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP), le parti au pouvoir a rendu public hier son intention d’introduire une série de réformes politiques et institutionnelles parmi lesquelles la modification de l’article 37 de la Constitution en vue de sauter le verrou de la limitation du mandat présidentiel. L’information a été rendue publique ce mardi 1er juin au cours d’une émission de débat de la télévision nationale intitulée «Parti pris» par le secrétaire général du parti, le député Achille Tapsoba. «Notre parti souhaite que le mandat présidentiel devienne illimité», a-t-il dit en substance.

Cette déclaration d’intention a désormais le mérite de clarifier non seulement la position du parti au pouvoir, mais de situer ceux s’insurgent depuis un certain temps contre le retour au mandat présidentiel illimité. On se rappelle que la première modification de cet article en 1997 avait été identifiée comme l’une des causes du mal social qui avait conduit à la profonde crise sociopolitique consécutive à l’assassinat du journaliste Norbert Zongo le 13 décembre 1998. Tout récemment encore, la conférence épiscopale avait attiré l’attention des dirigeants actuels sur la nécessité de ne pas succomber à la tentation de toucher à nouveau à cette disposition constitutionnelle qu’on a dû rétablir en 2000 pour ramener la paix dans le pays.

Avec la volonté désormais affichée du CDP d’aller à une nouvelle modification de l’article 37 en vue de permettre au chef de l’Etat –Blaise Compaoré ou un autre- de rester au pouvoir aussi longtemps qu’il le souhaiterait, c’est un gros pavé qui est jeté dans une mare politique qui avait du restecer l’iguane dans l’eau.