22/05/2009

De quoi se mêle Fillon au Gabon?

 

 

 

F.jpegLes nouvelles ne sont pas bonnes du côté du Gabon. Afin, ça dépend de quel côté on se situe. L’indéboulonnable président Omar Bongo-Ondimba a été obligé de s’éclipser «momentanément» de son trône pour tenter de se délivrer d’une maladie qui le ronge dit-on jusqu’aux intestins. En plus de 40 ans de règne sans partage, il n’a pas réussi à se construire, au Gabon, un hôpital à même de le sortir de n’importe quel ennui sanitaire. Il fallu donc transporté le président-fondateur jusqu’à la lointaine Espagne. Cette fois-ci, il n’a pas osé se diriger vers la France, où la justice l’attend de pied ferme pour une sale affaire de «biens mal acquis».

Il ne manque pas pour le moins d’amis français, puisque c’est au moment où les commentaires les plus alarmistes sont faits sur sa santé que le Premier ministre français, François Fillon, en visite au Cameroun, trouve le moyen de déclarer que la santé du président gabonais «était satisfaisante». Comme si cela ne suffisait pas, il a même formulé les «vœux de prompt rétablissement à M. Bongo en espérant naturellement qu’il sera remis sur pied le plus vite possible». On veut croire que le Chef du gouvernement français est tout à fait conscient des enjeux d’une telle déclaration. Si d’aventure, celle-ci venait à être démenti e par les propos du chef de la diplomatie espagnole, Miguel Angel Moratinos qui a indiqué que Bongo «allait très mal», Fillon ne sera rattrapé que par sa propre turpitude.

De toute façon, il n’était pas obligé de se prononcer sur ce sujet, pour le moins, délicat. Surtout que la présidence gabonaise elle-même a du mal à dire la vérité sur l’état de santé de l’homme fort du Gabon. Il a fallu que les informations les plus alarmistes proviennent des médias internationaux pour qu’elle crie à l’acharnement médiatique. Comme si Bongo était inoxydable et que l’état de sa santé devait être caché au peuple gabonais qu’on a voulu maintenir dans l’obscurité pendant plus de 40 ans. Le plus incongru, c’est lorsque des autorités françaises, tel le Premier ministre François Fillon, se croient obligées de se mêler de ce jeu ignoble.

Commentaires

Excellent travail. Tant sur le fond que sur la forme. Un grand bravo à toute votre équipe.

Écrit par : Tarot Marseille | 06/07/2011

Écrire un commentaire