Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Mélodrame fraternel au Togo

    K 2.jpgDepuis quelques jours, il se joue un mélodrame entre deux héritiers de feu le Général Eyadéma Gnassingbé, l’ex-président qui a dirigé d’une main de fer pendant 36 années durant sur le Togo. Soupçonnant son demi-frère Kpatcha Gnassingbé de vouloir fomenter un coup d’Etat, le président Faure Essozimna Gnassingbé a ordonné, d’abord la fusillade en règle de son domicile et ensuite son arrestation puis son inculpation mercredi dernier. De quoi faire sourire les observateurs avisés de la scène politique. Et oui! Kpatcha Gnassingbé ci-devant ministre délégué à la défense nationale et actuellement député à l’Assemblée nationale togolaise a été inculpé pour «Complot et tentative d’attentat» contre son président de frère. Certains seraient tentés de croire que c’est le «Togo à l’envers».

    K 3.jpgMais les putschs n’arrivent pas toujours du côté qu’on les imagine plus souvent. Visiblement, ces deux frères Gnassingbé que l’on disait se haïr cordialement ont fini par étaler leur haine sur la place publique. Malgré tout, on pouvait s’attendre à tout sauf à une affaire de coup d’Etat. Mais dans ce «petit pays» de l’Afrique de l’Ouest, tout peut être désormais possible. Surtout depuis qu’un des fils qu’aucune loi de la République ne destinait à hériter officiellement du pouvoir s’en est quand même emparé avec la complicité de l’Armée. Doit-on s’étonner que son autre frère cherche à vouloir la même chose ? Le coup d’Etat n’est-il pas finalement aussi cet héritage non dit que leur a légué Eyadéma qui s’est illustré comme le premier putschiste de l’histoire politique de l’Afrique noire en 1963 ? L’adage ne enseigne-t-il pas que «Tel père, tel fils» ? Sérieusement, il faut sauver l’Etat togolais de ce drame qui risque de lui enlever la crédibilité qui lui reste encore.