Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Pour qui se prend Sarko?

    d5005390112abd859bd97c40e2c36bd3.jpgCe Sarko n’est pas seulement un danger pour la France. Il se fout sincèrement du respect qu’un chef d’Etat qui se respect doit à ses pays amis encore plus à un continent. Mais, imbu de lui-même et arrogant il vient de prouver, une fois encore, son insolence vis-à-vis de l’Afrique et des Africains. Pour quoi se prend-t-il pour croire que «Le drame de l’Afrique, c’est que l’homme africain n’est pas assez entré dans l’histoire» ? De quelle histoire parle-t-il ? A quelle Afrique et à quel paysan se réfère-t-il lorsqu’il thèse péremptoirement que «l’idéal de vie –du paysans africaine- est d’être en harmonie avec la nature, -qu’il-ne connaît que l’éternel recommencement du temps rythmé par la répétition sans fin des mêmes gestes et des mêmes paroles» ?

    Lorsque par la force des choses et le hasard des circonstances, lui, fils d’immigré hongrois, se fait couronné roi chez les Gaulois, cela lui monte nécessairement à la tête. Mais tout de même. Il ne faut pas prendre les africains pour des nez percés. C’est trop osé cette thèse anachronique qui n’avait d’autre destination que de gonfler la prétendue «supériorité du blanc». C’est même une injure pour les intellectuels africains que d’aller tenir un tel discours dans un amphithéâtre à l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar. J’espère que de braves hommes d’histoire et de culture sauront répondre à cette effronterie qui achève de me convaincre que pour Sarkosy, l’Africain se réduit à ces roitelets mendiants et dictateurs qui viennent s’humilier à l’Elysée pour conserver leur pouvoir. Ou encore comme Bongo-Ondimba, ce dictateur impénitent, prêt à piller les richesses du Gabon pour remplir les caisses de l’UMP de Sarkosy ? "L'Afrique n'est pas dans l'histoire" mais l'Afrique peut piller ses richesses avec la complicité de roitelets qu'elle maintient au pouvoir contre l'intérêt supérieur de leurs peuples? 

    Si le président sénégalais mal élu, assoiffé de pouvoir Abdoulaye Wade, n’a-t-il pas tout fait pour s’accrocher à son fauteuil ? Ce n’est pas étonnant qu’il se confonde en salamalecks devant ce Sarko ?

     

  • Citation

    "Le droit d'écrire ne dérive pas pour les hommes du fait qu'ils posèdent la vérité, mais plutôt du fait qu'ils cherchent la vérité".

    Elio Vittorini

  • Pour qui se prend ce Sarko?


    Ce Sarko n’est pas seulement pour la France. Il se fout sincèrement du respect qu’un chef d’Etat qui se respect doit à ses pays amis encore plus à un continent. Mais, imbu de lui-même et arrogant il vient de prouver, une fois encore, son insolence vis-à-vis de l’Afrique et des Africains. Pour quoi se prend-t-il pour croire que «Le drame de l’Afrique, c’est que l’homme africain n’est pas assez entré dans l’histoire» ? De quelle histoire parle-t-il ? A quelle Afrique et à quel paysan se réfère-t-il lorsqu’il thèse péremptoirement que «l’idéal de vie –du paysans africaine- est d’être en harmonie avec la nature, -qu’il-ne connaît que l’éternel recommencement du temps rythmé par la répétition sans fin des mêmes gestes et des mêmes paroles» ?
    Lorsque par la force des choses et le hasard des circonstances, lui, fils d’immigré hongrois, se fait couronné roi chez les Gaulois, cela lui monte nécessairement à la tête. Mais tout de même. Il ne faut pas prendre les africains pour des nez percés. C’est trop osé cette thèse anachronique qui n’avait d’autre destination que de gonfler la prétendue «supériorité du blanc». C’est même une injure pour les intellectuels africains que d’aller tenir un tel discours dans un amphithéâtre à l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar. J’espère que de braves hommes d’histoire et de culture sauront répondre à cette effronterie qui achève de me convaincre que pour Sarkosy, l’Africain se réduit à ces roitelets mendiants et dictateurs qui viennent s’humilier à l’Elysée pour conserver leur pouvoir. Ou encore comme Bongo-Ondimba, ce dictateur impénitent, prêt à piller les richesses du Gabon pour remplir les caisses de l’UMP de Sarkosy ?
    Si le président sénégalais mal élu, assoiffé de pouvoir Abdoulaye Wade, n’a-t-il pas tout fait pour s’accrocher à son fauteuil ? Ce n’est pas étonnant qu’il se confonde en salamalecks devant ce Sarko ? Quelle honte ?