Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/05/2015

Togo: Faure Gnassingbé triomphe sans gloire

Malgré le retard de la commission électorale sur le délai prévu pour les résultats de la présidentielle togolaise, le verdit du scrutin du 25 avril dernier ne risque pas de provoquer un quelconque séisme dans le paysage politique de ce minuscule pays de l’Afrique de l’Ouest francophone.  Le président sortant qui, a tout mis en œuvre pour se présenter pour la troisième fois consécutive à cette élection présidentielle, ne devrait pas avoir du mal à damer le pion à son principal challenger, l’opposant Jean-Pierre Fabre.
Les jeux sont faits bien avant même la consultation. Après avoir hérité d’un pouvoir familial que lui ont légué les partisans de son défunt père en février 2005, Faure Gnassingbé tient à s’accrocher au fauteuil présidentiel. Et cela semble lui réussir comme jadis son père l’a fait en sacrifiant la vie et la liberté de milliers de ses compatriotes. A vaincre sans péril, Eyadéma-fils triomphe, une fois encore, sans gloire.
La seule surprise agréable de ce scrutin est certainement dans le calcul macabre. Point de mort n’a été signalé. Et ce n’est pas rien dans ce pays où les forces de défense et de sécurité sont acquises à la cause des autorités en place depuis près de cinquante ans. Il faut espérer que le même calme et la même sérénité prévalent pendant la période postélectorale qui a déjà commencé. Car, à défaut d’avoir un président bien élu, il faut mieux avoir la vie sauve. On ne peut pas tout perdre à la fois. Et c’est peut-être la principale leçon qu’il faut tirer de la relative faible affluence aux urnes. 

30/06/2014

Burkina Faso: Concours ''Ma thèse en 180 secondes" - Kassoum Yamba, lauréat de la première édition

Article Sidwaya MT180.doc

13:37 Publié dans Ecriture | Lien permanent | Commentaires (5)

29/11/2012

Pourquoi Guiro n'est pas resté en prison

                                                                                                                                                                                         

                                              Rien qu'à voir son boubou à l'effigie de Blaise Compaoré, on comprend                    aisément pourquoi il ne pouvait pas rester longtemps en prison. Ceci explique aussi pourquoi malgré tout 

Ousmane Guiro, ex-DG de la douane

le bruit qu'a fait le Premier ministre Luc Adolphe Tiao pour traquer les "voleurs de la république", le chien aboie, mais la caravane passse.